Sportplus-GuineeSPORT

BASKET BALL

Coup d'envoi de la finale entre MBC et BACK
BACK Champion de Guinée et Vainqueur de la Coupe nationale

XXXVII ème DITION DU CHAMPIONNAT ET COUPE NATIONAL DE BASKETBALL: ‘’ Le sacre du BACK’’

Les lampions se sont éteints sur les phases finales de la 37ème édition du championnat et coupe nationale de Basket-ball, le 20 septembre 2006, dans la cité de l’Alumine à Fria, par le sacre de Basket Amateur club de Koumandian (BACK).

Cette grande manifestation sportive qui a été organisée par la Fédération Guinéenne de Basket-ball (FGBB) en collaboration avec les autorités préfectorales et communales s’était déroulée du Lundi 11 au Mercredi 20 septembre 2006.Elle regroupera quinze équipes (15) dont six (6) féminines et neuf (9) masculines.

Pour le bon déroulement des phases finales de ces phases finales de basket-ball, les membres de la FGBB ont tenu une réunion technique le 11 septembre 2006 de 11 heures à 15 heures 30 mn, au cours de la quelle, ils ont procédé au tirage au sort entre les différentes équipes, en présence des encadreurs techniques, des différentes délégations sportives et sous la présidence de Monsieur Niamey Diabaté, Secrétaire Général de la FGBB.

A cette occasion, il était revenu tout d’abord au Secrétaire Général de la FGBB de souhaiter la bienvenue et un bon séjour aux sportifs à Fria, de parler des objectifs et de l’idéal de cette 37ème édition et de conseiller aux joueurs de jouer dans la plus grande sportivité pour rendre la fête belle. Quand aux Arbitres, il a demandé et exigé d’eux un arbitrage impartial, cohérent et bon, car, a-t-il précisé, ‘’les arbitres ne jouent pas le jeu, mais dirigent le match.’’

Quant au Directeur Technique national, il présentera le bureau de la Commission Technique du Tournoi, composé comme suit :

Président : Amadou SYLLA, Directeur Technique National

Vice-président : Fréderic Piper, Nouvel entraîneur national

Rapporter : Kéïra BARRY

Membres : Oumar N’Diaye, Célestin Kamano, Saran Kouyaté, Abdourahmane Touré

Au sortir de ce championnat, les quatre premières équipes de chacune des séries seront versées en Coupe nationale, précisera Monsieur Amadou SYLLA, avant de procéder au tirage au sort

La poule A regroupera :

- FRIA ( Tête de poule, préfecture organisatrice)

- Le Kakimbo Basket-ball ( KBB)

- Le Gangan de Kindia

- L’Association Sportive de Kaloum ( ASK)

- L’Association Sportive des Mineurs de Sangaredi ( ASMS)

La poule B regroupera

- Basket Amateur Club de Koumandjan ( BACK) ( Tête de poule et champion en titre)

- Sarinka Basket-ball de Coyah ( SBC)

- Magic Basket Club ( MBC)

- Boké

Dix  (10) jours durant, les basketteurs et basketteuses ont fait vivre la fête de basket-ball, fait vibrer le terrain, ont drainé et tenu en halène les nombreux spectateurs et spectatrices fans du sport par des prouesses, de l’adresse,   la combativité, la détermination et de l’engagement afin d’imposer leur suprématie pour une consécration aux titres de champion de Guinée et de vainqueur de la coupe Nationale.

Au terme du championnat, le classement des équipes est le suivant :

Chez les filles

Rang      Equipes     Points    Jeux   Vict.   Déf.  P.M    P.E     Diff.   

1er          ASK        10        5      5        0    214    108     -106 Champ.     

2ème     MBC         9         5       4        1    202    100    - 102 V.Ch   

3ème     BACK        8         5       3        2    187     113    -  74

4ème     ASMS        7        5        2        3    123     127    -  4

5ème     CIK          6         5        1        4    134     173    - 39

6ème     Kindia       5         5        0        5     63      283    - 220           

 

Chez les Garçons

Rang      Equipes  Points      Jeux    Vict.       Déf.   P.M    P.E    Obs.   

1e         BACK     10         5         5          0     314    165   Champ.     

2ème     MBC      8           5         3          2    209     188    V.Ch          

3ème     ASK      7            6         4          2     341    226   

4ème     KBC      8            6         4         2       331   252   

5ème     ASMS    6            5         3         2       231   245    

6ème     Boké     4            4         2         2       162   205   

7ème     Fria       5             5        2         3       211     220

8ème    Coyah    3             4         0         4        96      208

9ème    Kindia     2             4         0        4        111      243

Vict: Victoire-Déf.: Défaite- PM: Points Marqués, PE Points Encaissés,

 Obs: Observation, Champ.: Champion, V.Ch.: Vice Champion

 

Pour la coupe Nationale, ce sont les équipes de KBC et de l’ASK ( 1ère et 2ème ) de la poule A et celle du BACK et MBC ( 1ère et 2ème ) de la poule B qui seront qualifiées chez les Hommes, tandis que chez les filles, il s’agissait de l’ASK, du MBC, BACK et L’ASMS.

A l’issue du tirage au sort, les demi finales ont mis aux prises en séries filles

1 – BACK contre ASMS score 38 – 26

2 – MBC contre ASK score 34 – 22

En série Garçon, il y’a eu des chocs entre :

1 – BACK – MBC score 63 à 47

2 – KBC – ASK score 53 à 36

La finale qui s’est jouée le Mercredi 20 Septembre 2006 a vu la victoire de MBC face au BACK par 28 à 25 du côté des filles et la victoire de BACK contre le KBC sur le score de 46 à 23 du côté des Garçons.

Au cours de cette 37ème édition de Basket-ball, le BACK s’est taillé la part du Lion en remportant les titres du Champion de Guinée et Vainqueur de la Coupe Nationale. Réalisant ainsi le doublé en série masculine.

Les Garçon du BACK, par leur mouvement, leur système de jeu et leur talent ont été durant tout le tournoi irrésistibles, intraitables et imbattables. Ils ont été les seuls à réaliser le carton plein en  remportant toutes leurs rencontres en championnat (5 matches) et en coupe nationale ( 2 matches) soit sept (7) victoires sur sept (7) matches. Qui pouvait faire mieux ?

Aboubacar Vadim KEITA

Correspondant de sportplus.com  à Fria

 

EDITORIAL

LE FAUX PAS DU SYLI

Difficile de ne pas revenir sur le match du Dimanche 3 septembre 2006 entre guinéens et algériens, comptant pour la première journée des éliminatoire de la coupe d’Afrique des nations de Ghana 2008. D’autres diront qu’il n’y a pas de feu à la demeure. Ce qui est une évidence d’autant plus que le match nul est différent de la défaite. Mais pourquoi alors cette atmosphère de défaite, pourquoi cette colère, pourquoi tant de supputations. Il est dit que plus l’ascension est grande, plus la chute est douloureuse.  C’est exactement  notre cas.

Le Syli de Guinée crédité d’une bonne participation à la dernière CAN, grand favori du groupe 8, devant l’Algérie, la Gambie et le Cap vert, devait mieux faire qu’un match nul à domicile. Justement, c’est cette inconsistance qui nous coûte. C’est quand nous sommes attendus que nous manquons à l’appel et nous nous pointons là où nous ne sommes cités. Nous devons défendre avec la dernière énergie l’honneur que la FIFA nous fait en classant le Syli de Guinée   quatrième équipe en Afrique . Erreur ou clin d’œil, ceci devrait interpeller toutes les consciences positives du pays, car l’on grandit d’abord dans la tête. Ce faux pas du Syli n’est pas la fin du monde, mais il peut avoir des conséquences inestimables. Nos adversaires largement et psychologiquement à notre portée risquent de prendre le poil de la bête et sans parler d’une chute dans ce fameux classement de la FIFA qui reste un miroir des nations de football. Cet orage est imminent pour ne pas dire inévitable, car le football guinéen ne se repose sur aucune base. Nous avons le complexe et la carence nécessaires pour refuser tout projet de centre de formation, aucune administration, aucune transparence dans la gestion de notre sport. Tousles fonds  sont   malhonnetement détournés  par un petit groupe qui n’ont d’autres ambitions  que d’organiser  des mascarades  de compétitions pour avoir plus d’argent, Comme  ailleurs, pourquoi le Ministère en charge ne demande pas des comptes aux différentes fédérations sportives ?. Pas d’inspection, un laisser-aller total.  Aucune reforme en perspective.

Les présidents des clubs guinéens sont certainement fiers de leur fédé qu’ils ont mise et qu’ils vont certainement reconduire sans se demander où vont les 250.000 dollars de subvention annuelle accordée par la FIFA  et   dont la grille de répartition est connue de tous sans oublier que d’autres Fédétarions traîtées de petites qui se font oublier mais qui reçoivent aussi des sommes colossales en francs Guinéens. C’est là la complexité du mal dont souffre le sport guinéen. Nous recevons la même chose que les autres, eux ils arrivent à réaliser des projets et nous ? Comment la Côte d’Ivoire a réuusit a créer 257 centre de formation  et plus 300 écoles de football ?  C’est une sorte de malédiction qui risque de perdurer car le guinéen est un model unique. Aucune école de foot, aucun club en ligue des champions d’Afrique, un seul stade pour tout le pays, une fédé sans siège ( coincée dans un labyrinthe au palais du peuple), nos juniors ridiculisés…… par les aiglons du Mali.  

Toutes nos Fédérations sportives ont leur guerre fratricide puisque le  travail et le développement  sportif ne figurent pas dans leur cahier de charge. Ils s’entre-déchirent  pour les subventions allouées. Ces fameuses subventions qui feront l’objet d’une attention particulière de notre rédaction , seront détaillées fédération par fédération. Nous nous pencherons aussi sur l’affaire des maillots AIRNESS qui nous restaient après la première vente aux enchères organisée au moment de la CAN . Nous nous souvenons qu’on  interdisait aux joueurs d’offrir leur unique maillot  qui était lavé et préparé pour le prochain match.

Mais avant d’aborder ce dossier, il est important de signaler que le jeu de maillot que le Syli a arboré face à l’Algérie a particulièrement séduit notre rédaction. Nous ne parlons  pas de la qualité du tissus qui n’est pas un gros problème, mais design est sans  reproche . Nous  pensons que nous avons afin trouvé un maillot après maintes  recherches au marché Avaria, au Maroc ou ailleurs .

Difficile de ne pas revenir sur ce match à rebondissement où le tristement célèbre Kemoko CAMARA démissionne, juste après le match, pour le mauvais traitement  que le public lui inflige . Une démission ou la recherche d’une bonne porte de sortie ? Et pourquoi maintenant ? De toutes façons, il ne faut pas  aimer la rose et craindre ses épines . Le peuple de Guinée qui gardera de lui un souvenir très mitigé , ne peut que lui remercier de tout le service rendu à la nation. Nous respectons sa décision et  croisons les doigts pour qu’il la respecte  lui-même.

Mohamed DOUMBOUYA

EDITORIAL

C’est bizarre!

En cette troisième mi-temps de la 18ème édition de la coupe du monde que l’Allemagne a organisé avec la manière, une coupe où l’épilogue a été largement fourni par le célébrissime Zinedine Zidane et son ami Materrazi. Ils ont finalement été départagés par la commission juridique de la FIFA qui n’est pas partie par quatre (4) chemins. Elle a tout simplement coupé la poire en deux, sauf que Zidane a été largement lésé. Une part largement proportionnelle à sa forfaiture. Il n’aurait pas dû. Maintenant que les rideaux sont tirés sur cette crème de football qui a retenu pour plus d’un mois, l’épilogue et prologue y compris, toute notre attention, nous devons redescendre de ces nuages, de ce firmament pour se pencher sur la préparation de notre Syli National pour les prochaines éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations de Football .Le Syli qui connaît désormais ses élus aura un double défits à relever, la défense des couleurs nationales qui reste leur principale mission et aussi le classement FIFA du mois de Juillet qui chèrement vendu notre peau , nous met forcement une pression.

En effet, qui n’a pas été surpris par le classement de la Guinée, 24ème sur le plan mondial et 4ème en Afrique. Même si la surprise n’est pas décoiffante puisque dans le tâtonnement et dans un grand cafouillage quelque chose de positif se passe dans le Syli. Ceclassement continue à être l’objet de grands débats dans les différents niveaux et  milieux sportifs de Guinée. Ce qui est sûr, la FIFA  ne tardera pas à se corriger si c’est une erreur et si ce n’est pas le cas, il nous revient nous guinéens, de redoubler d’efforts pour mériter cette place à priori indue. Ce travail de sape  a commencé ce 16 Août 2006, à Rouen en France contre les Lions du Cameroun( voir match amical Cameroun-Guinée  page 7) avant d’entamer les choses sérieuses à Conakry contre l’Algérie au compte de la 1ère journée des éliminatoires. Ce travail commence sans Pascal FEINDOUNO et Dian Bobo BALDE, suspendus, mais aussi sans le jeune talent Ousmane BANGOURA, blessé dans son club en Chine et qui risque fort de perdre son œil. Mais l’espoir est permis car aux dernières nouvelles les médecins chinois sont entrain de faire du miracle. Pourvu que sa carrière n’en prend pas un coup. Coups durs, le Syli en prend sérieusement avec ces trois forfaits. Patrice Neveu devra vite trouver la solution à moins qu’il ne soit trop préoccupé par sa candidature pour le poste de sélectionneur des Eléphants de la Côte d’Ivoire. En effet, le nom de notre ami et sélectionneur NEVEU figure parmi les vingt et cinq (25) candidats dont six (6) français pour ce poste laissé vacant par le départ de HENRY Michel, juste après la coupe du monde. Cette candidature de NEVEUsuscite beaucoup d’interrogations sur le statut actuel de NEVEU en Guinée. Bien qu’il n’a pratiquement pas de chance d’être pris en Côte d’Ivoire. C’est quand même bizarre de postuler ailleurs alors qu’il est sous contrat ici. Et s’il était retenu là-bas ? Il nous aurait lâché à la Otto Pfister du Togo, à un moment critique. Ou bien ce grand amour pour la Guinée n’est que commercial.

Pendant ce temps, le championnat national de première division continue et parfois même sans le ballon. Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, la grande ville de Kindia, chef lieu de province a manqué d’un ballon de football pour faire jouer un match de D1. Nous avons beau réfléchi, mais nous ne trouvons que du sabotage, de l’indiscipline que la Fédération Guinéenne de Football  doit sanctionner avec la dernière énergie. Pas étonnant que Gangan FC de Kindia soit relégué en D2. Kindia, jadis pépinière du football guinéen souffre d’un marasme chronique dans ses milieux sportifs. Ironie du sort, toutes les têtes couronnées du sport guinéen viennent de kindia, à commencer par le Ministre des sports, El hadj Fodé SOUMAH, le Président du Comité Olympique, Maitre Naby CAMARA, le Président de la Feguifoot  Aboubacar Bruno BANGOURA, le Directeur Technique  National de la Feguifoot Souleymane CHERIF  etc… Ils en sont certainement fiers

Mohamed DOUMBOUYA

ELIMINATOIRES CAN GHANA 2008

Kemoko CAMARA, le gardien du Syli de Guinée ( En haut)
Fodé MANSARE ( à gauche) et ses coéquipiers

Le syli accroché à Conakry , Kémoko démissionne, Fodé Mansaré index le Ministère et la Fédération.

e Stade du 28 Septembre vibrait au son et rythmes de la rencontre comptant pour la 1ère journée de cette compétition entre le Syli National de Guinée et ‘Fennecs d’Alger’. Le nul (0-0) au stade du 28 septembre est déjà sujet à une grande critique des joueurs et fins supporteurs. ( Infos dernières), c’est la démission annoncée ce Lundi 04 septembre à Novotel  du portier Kémoko CAMARA entre joie  et peine…

Après une première période de jeu entre joueurs Guinéens et Algériens qui s’est soldée par un nul (0-0), c’est le même cas de figure en seconde période, au grand  dam des supporteurs venus nombreux acclamer les leurs ( Syli Ntional).

Mais la fin de cette rencontre laisse tout un chacun perplexe pour  qui sait qu’à domicile, les trois  points devraient  être  acquis.

Tel ne fut pas le cas , malheureusement ; même si scandé par endroit que rien n’est  encore joué ! que nous laisse présager  les rencontres  dans les stades d’Afrique de la seconde journée des éliminatoires les 6,7et 8 Octobre prochain ?

En tout cas, le syli de Guinée est attendu de pied ferme à Praia ( Cap Vert) ; quelle sera l’issue de cette autre rencontre? C’est une interrogation  qui donnera certes de la mer à boire au temps opportun . Que dire déjà d’une Gambie qui vient de se tailler une place dans les sondages en occupant la première place dans ce groupe ou figure bel et bien le syli de Guinée . L’objectif donc pour Patrice Neveu est de revenir honorablement  avec le syli dans cette  compétition  que tient à cœur tout africain fan du football . Un second faux pas est à exclure pour ne pas en venir à un second synonyme par excellence d’un troisième faux pas qui viendrait à coup sûr. Ce match nul pour d’aucuns, ne ressemble pas à un faux  pas pour l’heure …

Pendant que l’on tergiverse encore sur le match nul, voila que c’est Kémoko CAMARA, gratifié d’un bon match pour avoir enrayé tous  les dangers face à des Fennecs très sveltes  sur une pelouse  glissante du stade musée du 28 septembre , qui  rend sa démission  en ces termes :

« On m’applaudit, d’accord . Mais des supporteurs  font encore la tête , je n’ai pas oublié les injures proférées  à mon égard lors des éliminatoires de 2006.

M’insulter père et mère, c’est difficile à supporter, mais il faut  faire  avec . Le meilleure match de ma vie , c’est contre le Maroc  lors des éliminatoires 2006. Ce qu’on m’a vu  faire face aux Fennecs d’Alger   est infime devant mes prouesses. Il n y a pas ce footballeur sur terre qui ne fait pas d’erreur ; même le meilleur joueur du monde peut en faire. Je ne comprend pas le public , ce ne sont pas mes parents qui jouent , qu’on cesse d’injurier nous ne sommes qu’à la 1ère journée.

Et sur ce, moi  personnellement, en ce qui me concerne ,  j’arrête  tout au sein du syli national ; je rend ma démission à partir de ce lundi. Je me débrouille  dans un club Sud Africain « Amozulu Royal D I », j’y ai signé pour deux ans. Ce qui m’a fait  mal  surtout , ce sont les injures de ceux qui ne savent  pas supporter les joueurs , ( leurs joueurs ), c’est tout. »

A cela s’ajoutent les remontrances de Fodé MANSARE, le capitaine malheureux  qui a confié quelques part sur les ondes, que la Fédération , le Ministère de la Jeunesse , ne se sont donné la peine d’accueillir l’arbitre venu officier cette rencontre entre Guinéens et Algériens . Vivement que cette autres chronique qui ravive d’autres malentendus s’estompe pour mieux carburer à Praia lors de la seconde journée sportivement.

Attephe CHALOUB     

 

ELIMINATOIRES CAN JUNIORS

Syli Juniors de Guinée

LES AIGLONS DU MALI MONTRENT UNE LEçON DE FOOTBALL AU SYLI JUNIOR

On aura beau tergiverser, tant qu’on ne fait pas  ce qu’il faut faire, à l’instar des autres disciplines sportives en Guinée  en général et en particulier le Football, ça n’avancera pas d’un iota.

Défait 1-0 au Mali, le Syli junior jouait son match retour au stade du 28 septembre  devant un public  motivé et friand de victoire.

C’est dans les environs de 16 heures 30 que le trio Ghanéen  donne le coup d’envoi de cette rencontre  dans un stade mi- plein, mais sans  tableau d’affichage, par manque d’électricité, heureusement que l’arbitre détenait un chrono.

Après le coup d’envoi  sur une pelouse inqualifiable, les Juniors Guinéens ont vite pris àleur compte le match, ce qui leur a  permis de gaspiller en 45 minutes six occasions nettes de but. C’est avec ce score de parité 0-0 que l’arbitre renverra les deux équipes dans les vestiaires.

A la reprise, en seconde période, le Syli Junior se cramponne et  continuera sur la même lancée, des occasions seront gaspillées sinon jetées de nouveau, la fatigue s’installera petit à petit, le Syli commence  à reculer et les Aiglons sûrs d’eux , qui savent aussi comment gérer un match de football, ont commencé à prendreles choses en main, en pratiquant un football cohérent, en construisant le jeu. A ce rythme, le Syli semble complément anéanti, les coachs effectuent des changements mais qui ne feront qu’empirer la situation. Les jeunes maliens occupent rationnellement le terrain, la bataille du milieu est rude mais est gagnée par les Aiglons.

Poussés par un flot de supporters venus du Mali et des quatre coins de <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" />la Guinée, comme toujours,  à la téte le Président du Conseil des  Maliens en  Guinée Mr ATT Transit , et dans l’ultime minute  suite à une erreur défensive, les Aiglons sont récompensés par le N° 7 le meilleur des  22 sur le terrain. Ce dernier, d’un geste technique indescriptible, ouvre le score de belle manière, à 10 minutes de la fin, ce sera 0-1 au stade du 28 septembre, à l’actif des visiteurs et les choses se compliquent pour le Syli à Conakry.  Il fallait alors trois buts pourremonter la pente, chose qui a été d’ailleurs impossible pour les Juniors Guinéens qui ne savaient plus comment gérer et gagner cette partie.

C’est sur ce score final de 2-0 pour le Mali sur l’ensemble des deux rencontres que l’arbitre  sifflera la fin de ce match que les supporters Guinéens qualifient  de honte.

Mais que faudra t-il retenir ?

C’est que, la victoire des Juniors Maliens  est loind’être une surprise, ni une chance, ils méritent cette victoire qu’ils ont su préparer d’avance. Ne dit-on pas souvent que : « qui veut aller loin, ménage sa monture. » 

Il est vrai que certains confrères disaient le jour du match, que, toutes les dispositions avaient été prises pour gagner cette rencontre.

 Pour gagner  un match, il y a beaucoup de choses autour, à commencer par le choix des Entraîneurs, qui devra faire le choix, comment choisit-on, quels sont les critères de choix, il en est de même pour les joueurs.

Aujourd’hui, la  FIFA accorde une très grande importance au développement du football  des jeunes, la Fédération Guinéenne de Football ne dira jamais qu’elle n’ a pas de rubriques ( quelques mille dollars)  pour pérenniser le Foot des jeunes , on se contente toujours de décaisser ce montant, et organiser une semaine de compétitions dans une ville de Guinée, puis on envoie les rapports pour dire que c’est fait, que la mission est accomplie, alors qu’on peut utiliser  ce fond pour un programme continu de développement de 6 à 1 an ; ce qui nous permettra de détecter beaucoup plus de jeunes talents et surtout les regrouper afin qu’ils effectuent des stages à Conakry et à l’intérieur du pays, mais on se presse d’organiser  pour s’enrichir.

Comment se fait-il que la Côte d’Ivoire a  257 centres de formation et 302 Ecoles ; ce n’est pas dû au hasard, les hommes ont réfléchi pour proposer un plan de développement, depuis un moment, le Mali s’inspire de l’exemple  de la Côte d’Ivoire  et en quelques temps  le résultat est probant.

Il est donc temps de faire une prise de conscience,  le dernier Trophée Africainremporté par la Guinée date de 1978 par le Horoya de Conakry.

Pourtant, ce ne sont  pas les cadres qui manquent , ni les bonnes initiatives, il suffit de faire les choses comme elles se doivent, qu’on arrête de dire que la Guinée est un  pays exceptionnel  pour profiter sur le contribuable.

En tout cas l’Histoire retiendra que Mr Aboubacar Bruno BANGOURA ex Sociétaire de Horoya et du Syli, a dirigé la Fédération Guinéenne de Foot Ball de telle à telle période. En plus des jalons qu’il aura tracé dans le rayonnement du Football dans un pays qui où on a vu très tôt un club tripler la Coupe d’Afrique des clubs champions, mais depuis point d’avancement notoire. Le hic est que, lorsque Sepp Blatter de passage à Conakry, posa une première pierre pour la construction du siège de la Féguifoot, un verdict tombera un peu plus tard, suspendant la Sélection guinéenne de toutes les compétitions à savoir la Can et le Mondial 2002. D’ailleurs les Cadets guinéens en pâtiront... Et depuis, point de siège de la Fédé, nul n’en parle encore, sauf que de jeunes élèves des quartiers s’y emploient avec le football de vacances et musique y compris...Prendre les choses au sérieux aidera au rayonnement du foot en Guinée et la mise en exergue du Projet Goal est aussi une alternative. Tout comme l’organisation d’une phase finale de Coupe d’Afrique des Nations de football.

Attephe CHALOUB

Eliminatoires CAN 2008

Syli National de Guinée ( En haut) Phennecs d'Algerie ( En bas)

Guinée 0 – Algérie 0

Dimanche, 3 septembre 2006, le Syli national de Guinée a croisé le fer avecles Fennecs d’Algérie dans le Groupe 8 au stade du 28 septembre de Conakry lors de la première journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations – CAN – de football d’Accra au Ghana de 2008. Kémoko Camara, le goal kipper guinéen aura été l’homme du match.

Le match qui a commencé avec plus de dix minutes de retard s’est joué sur une pelouse qui n’est pas au meilleur de son état malgré l’accalmie de la pluie  du samedi et du  dimanche. Toutefois, les vingt deux protagonistes ont eu quatre vingt dix minutes d’explication qui se sont soldées par un score nul et vierge de o but partout. Le Syli national ; amputé de certains de ses meilleurs éléments dont Pascal Feindouno, Dian Bobo Baldé, Pablo Thiam et Sambégou Bangoura ; n’a pas su gérer ses atouts de favori du groupe et surtout de gagner à domicile. Et pour cause. L’équipe guinéenne qui a disputé la rencontre était tactiquement et techniquement faible face aux  algériens venus plus motivés chercher un résultat positif à Conakry.

 Côté guinéen, Kémoko Camara, qui aura été le meilleur sur tous les plans, ensuite la ligne défensive composée d’Ibrahima Sory Camara, Kalabane Oumar, Mamadou Alimou Diallo et Daouda Jabi plus le milieu Kanfory Sylla sont les joueurs qui ont impressionné le public sportif. Des joueurs comme Souleymane YOULA, Ismael Bangoura, Fodé Mansaré et autre Mohamed Sylla n’ont pas donné satisfaction de leur prestation. Kaba Diawara pouvait pourtant mieux faire s’il restait dans le match. Les rentrées d’Ibrahima Bangoura (N°13) et de Camille Chaloub  (N°9) respectivement à la place de Kaba Diawara à la 55’ et de Daouda Jabi à la 68’ ne se sont véritablement pas justifiées malgré les débordements du premier. Au cours du match, il y eu moins d’occasions debuts dans les différents camps, mais il convient de reconnaître que les meilleures parmi elles sont à mettre à l’actif de l’Algérie. En effet, Daham Nouredine, le dossard 9 a touché d’un tir foudroyant du gauche le poteau droit de Kémoko dès la 3 mn de la première mi-temps avant de récidiver juste après le retour des vestiaires, cette fois par un coup franc bien placé à quelque 25 m.  A la 67’, Kémoko sortira un ballon en corner alors qu’il filait tout droit vers ses filets.

Par ailleurs, il y à lieu de signaler que la Guinée a obtenu cinq corners contre 2 pour l’Algérie et de maints coup francs durant la rencontre. Mais les résultats n’ont pas suivi. Et ensuite, les cartons jaunes d’Ibrahima Sory Camara et de Fodé Mansaré respectivement à la 11’ et 18’ de la seconde mi-temps et trois pour les algériens à travers Metref Hocine (N°18 à la 20’), Meftah Mohamed (N°13 à la 31’) et Belhadj Nadir (N°3 à la 39’) plus enfin un carton rouge sorti contre Yahia Anther N°14 à la 75’). Enfin, il faut rappeler que les officiels du match comprenaient le Commissaire Badra Séne du Sénégal, de l’arbitre Koulibaly Koma, des assistants Danté Dramane et Diabaté Moussa du Mali et du 4’ arbitre Aboubacar Doumbouya de Guinée.

 De passage, il convient de situer l’anomalie constatée pendant la rencontre du dimanche. Notamment du côté algérien. En effet, sur la pelouse du 28 septembre, l’on a plutôt vu Metref Hocine N°18) pourtant listé réserve à la place de Ménéri Mehdi (N°17) listé titulaire sur la feuille du match. Comment expliquer cet état de fait ? C’est la question que nous nous posons et par la même occasion nous souhaitons une réponse de la part des autorités sportives nationales pour enfin éclairer notre lanterne en la matière.

Marie Haleine Camara

COUPE D'AFRIQUE DES NATIONS DE BOXE

Ibrahima 1 KEITA, recevant le Trophée Nimba d'Or SPORT PLUS

UN DEBUT DE CARRIERE DORE POUR IBRAHIMA KEITA ET MAMADOU LAMARANA CONDE

Du 12 au 22 Juillet 2006, s’est déroulée au Gabon ( Libreville) la 1ère édition de la coupe d’Afrique des Nations de Boxe.La République de Guinée participera à cette 1ère édition avec une forte délégation de dix (10) membres dont six (6) boxeurs. Cette participation ne sera pas une simple figuration pour les guinéens, car nos pugilistes s’en sortiront avec trois (3) médailles dont deux (2) en Or, remportées respectivement par Ibrahima 1 KEITA (54 kg) et Mamadou Lamarana Condé (91 kg) et une (1) en Bronze remportée par Youssouf Diallo (48 kg).

Les autorités du Ministère de la jeunesse, des sports et de la Culture ne resteront pas indifférentes  face à cette bonne moisson de Médailles. Contentes, elles  procéderont à la remise officielle le Mercredi 2 Août 2006 aux environs de midi, dans la salle des conférences au Ministère de la jeunesse.  A rappeler que vingt deux (22) pays prendront part à cette compétition africaine de boxe.

La presse guinéenne n’est pas étonnée de voir Ibrahima 1 KEITA empocher une médaille d’Or au Gabon, vu sa performance, son talent et son sérieux dans la catégorie inférieure. Il n’est pas à son premier exploit, nous vous rappelons egalement  qu’en fin 2002, il remportera sa première médaille d’Or au Cameroun. Tellement brillant dans la saison sportive 2002-2003, il sera choisi par la presse guinéenne sportif de l’année et le Journal SPORTS PLUS lui  décernera le Trophée Nimba d’Or 2003. l’histoire retiendra qu’Ibrahima 1 KEITA sera le 1er sportif guinéen à remporter le Trophée le plus prestigieux du monde de sport en Guinée.

Nos valeureux sportifs ont eu droit au podium et la grande délégation guinéenne frémira à l’exécution de l’hymne national de notre pays. Les larmes couleront sous l’effet de l’émotion. Nos pugilistes ont fait honneur à la nation guinéenne dans le calme et à moindre coût, quant on sait ce que le football engloutit chez nous en cette période de crise (pas moins de trois milliards lors de la dernière CAN, sans aucun trophée en contrepartie). Demander les leçons à tirer aux dirigeants sportifs guinéens après une piètre prestation à la CAN, ils vous diront que cela ne fait pas partie de nos mœurs.

Nos foot-malheurs menacent même de ne pas jouer sans le fric. Quant au coach, Nerveux pardon Neveu, qui vient de voir son contrat renouveler de gré à gré, il se retranche toujours derrière son contrat, tout en demandant l’application stricte des textes. ‘’ Sans mon salaire et mon contrat, je ne monterais pas dans l’avion pour la CAN….’’ dira-t-il lors d’une conférence de presse.

Demandez à Monsieur Moïse KEITA et son staff, s’ils ont reçu leur prime, ils te diront non ! 

A rappeler que la CAN de boxe, est l’équivalent de la CAN de football, bien entendu qu’elle ne mobilise pas le même nombre de spectateurs. La boxe est un sport de combat, individuel. Ainsi, un seul sportif peut remporter de l’Or pour tout le pays. Tandis que le football est un sport collectif, il faut onze  (11) joueurs pour un Trophée et l’hymne national.

Stupéfaits que nous sommes, nous avons assisté ce 3 Août 2006 à une remise officielle de Médailles sans mamaya habituelle, réservée pour les foot malheurs, ni tambour battant , ni les gueulards spécialistes de basses besognes. Les journalistes n’ont rencontré aucune difficulté pour couvrir cetévènement, contrairement au football où il faut se munir d’une accréditation.

Bravo la Fédération Guinéenne de Boxe ! Nous connaissons des fédérations sportives dirigées par des bandes d’affairistes dont le principal rôle consiste à courir derrière les Ordres de Mission ( même sans frais) et de demander le Visas pour les commerçants ou les aventuriers clandestins. L’essentiel pour eux est de voyager pour voyager. Le sport n’est qu’un moyen leur permettant de voyager au frais de l’Etat et du contribuable pour régler leurs propres affaires.

Ces affairistes passent toute l’année à défiler entre le Ministère de la jeunesse, le Comité National Olympique, les différentes ambassades et le Ministères des finances. Pour ces recordmans de voyage la médaille se trouve dans ce cercle.

Cette brave et courageuse Fédération Guinéenne de Boxe dont les pugilistes nous envoient aujourd’hui des Médailles n’a même pas de siège. Chassée de l’ex permanence de Dixinn Port, Commune de Dixinn, elle seretrouvera dans la rue avant de se contenter du Palais critique des sports, dans l’enceinte du stade musée du 28 septembre, où elle prépare ses sportifs qui baissent la tête aujourd’hui pour se faire couronner par Monsieur le Ministre.

Elhadj Fodé SOUMAH est-il informé de cette situation qui n’honore pas le Président de la Fédération Guinéenne de Boxe, Vice Président de la Confédération Africaine de Boxe, le Colonel Ismaël Leonard Bangoura ?

L’internat national de Commandanya, qui est une propriété de l’Etat, devenu par la force de l’argument ‘’Auberge de Mariétou’’  qui sert aujourd’hui de pensionnat, Restaurant ou Maison de passage pouvait servir de siège ou un centre d’entraînement pour certaines Fédérations surtout celle de la Boxe. Bientôt les JO, la République de Guinée a encore besoin d’une Médaille olympique qu’elle n’a jamais remportée depuis son affiliation au CIO. Réfléchissons un peu !

Ibrahima Ahmadou CAMARA

Eliminatoire CAN U-20 : Guinée – Mauritanie : Les Réactions

Monsieur Kassoum, le Coach de l'Equipe Nationale Junior de la Mauritanie

Monsieur Kassoum le coach de l’équipe nationale Junior de la Mauritanie

« Nous avons été battu par 4 buts à 1, mais le penalty du 1er but est vraiment contestable. C’est un penalty dextrement sévère aussi, l’un de mes meilleurs joueurs s’est blessé dès les 1ère minutes de la rencontre. Il fallut le sortir tout de suite, cela a amorti mon équipe. J’ai un groupe jeune comme vous l’avez vu le jeu était équilibré à la 1ère mi temps. Nous avons pu égaliser le but pour venir au niveau des guinéens. Nous avons aussi pris des buts très contestables sur position de hors – jeu, surtout le 2ème but. Les jeunes ont accusé un coup de fatigue, c’est ce qui a permis aux guinéens de faire la différence très rapidement ».

A savoir qu’est ce qui n’a pas marché côté Mauritanien Monsieur Kassim s’expliquera en ces termes :  « Concrètement il y’avait l’aspect physique qui n’a pas répondu en 2ème mi temps. Par contre, à la 1ère période les enfants ont fait un bon travail en gênant les guinéens. Mais en 2ème mi temps, les jeunes ont craqué. »

Monsieur Kassoum conteste aussi les décisions de l’arbitre Libérien Monsieur Sam Korti : « Il a fait des cadeaux à l’Africain» dira t-il avant d’ajouter : « d’emblé donner un penalty à la 1ère mn qui n’est pas très évident, c’est offrir une victoire à l’équipe, même si les guinéens ont mérité de remporter par ce qu’ils ont déroulé un meilleur jeu, ils ont été plus dangereux que nous, mais il y’a des choses que nous déplorons aussi. Déjà, offrir un penalty à l’équipe met la pression dans le match et l’aide à faire la différence… »

 

Ibrahima Ahmadou Camara

sortplus-guinee.com

 

Eliminatoire de la coupe d’Afrique des Nations Junior ( U – 20)

Syli National Junior de Guinée

Guinée - Mauritanie

En concédant un match nul (0-0) à domicile, les juniors Mauritaniens ont vu rouge ce Dimanche 30 avril 2006, battus 4 buts à 1 sur le Stade de 28 Septembre par les Sylis Juniors maîtrisant leur sujet. Les Juniors Guinéens devaient absolument l’emporter pour espérer continuer l’aventure en CAN U – 20

A 16 heures 30 minutes les deux équipes font leur apparition sur la pelouse dirigées par le trio arbitral Libérien. Après toutes les cérémonies protocolaires, sous un temps clément, Monsieur Sam Korti donnera le coup d’envoi à 16 h 40mn devant un publique estimé à 10000 spectateurs.

A la place d’un round d’observation, les Juniors guinéens proposeront une attaque à outrance aux visiteurs et inscrivent le 1er but sur penalty à la 5ème minute de la rencontre par Minka Yady Camara(N° 10). Bien servi sur le côté gauche de la défense Mauritanienne,  Abou Sanoussy Conté(N° 4) tante un centre,  le ballon heurte le bras du défenseur Mauritanien dans la surface, Monsieur Sam Korti, bien  placé, siffle le penalty. A la 20ème mm Abdoul Karim Domingo N° 14 passera à côté de l’inscription du 2ème but Guinéen. Voyant la position trop avancée de Souleymane Diallo(Gardien Mauritanien), il tentera un lobe, mais malheureusement le ballon termine sa course sur la barre transversale. La réplique Mauritanienne ne se fait pas attendre puisque Dominique Da Sylva (N° 11) marquera un but de la tête à la 30ème mn. Ur un appel de balle et bien servi par son ailier droit, Da Sylva avec son grand gabarit, sautera plus haut que le défenseur guinéen et de la tête placera le ballon au fond du filet d’Abdoul Aziz Keïta.

A un but partout le match est relancé et le doute commença à s’installer chez les guinéens. Trois minutes plus tard (31ème mn) l’attaquant guinéen, Salifou Sylla (N° 11) redonne l’espoir et l’avantage à son équipe. Profitant du mauvais positionnement des défenseurs Mauritaniens, salifou Sylla et bien servi au niveau de l’axe central, d’un tir puissant envoie le ballon au fond du filet Mauritanien. Les Mauritaniens réagissent par Sy Ibrahima Mamadou (N° 4) qui verra son tir passé à côté de la cage d’Abdoul Karim Keïta. C’est sur course poursuite et ce score de 2 buts à 1 que Monsieur Sam Korti sifflera la mi temps.

Au retour des vestiaires, les deux coachs donneront du sang neuf à leurs effectifs, en procédant aux remplacements. Le guinéen voulant préserver son acquis et le Mauritanien cherchant à revenir sur le score. Un vrai combat tactique est alors engagé entre Monsieur Kassoum et son homologue guinéen.

Côté guinéen, à la 54ème mn le demi offensif droit Salifou Sylla, auteur du 2ème but, qui commençait à perdre le régime  cède sa place à Moussa Bangoura(N° 9). Monsieur Kassoum réplique par d multiples remplacements dans son effectif.

Les guinéens prennent d’assaut le but de Diallo Souleymane, en se créant de bonnes opportunités. A la 73ème mn, Mousa Bangoura (N° 9) entré depuis la 54ème mn, obligera pour une troisième fois le gardien mauritanien à aller chercher le ballon au fond du flet. Sur le côté de la surface de réparation, Bangoura élimine un défenseur, du plat du pied décoche un tir puissant et croisé qui finit sa course dans le filet de Souleymane Diallo. Cinq minutes plus tard Bouba Camara (N° 13) imite Moussa Bangoura et inscrit le but du KO à la 78ème minutes.

Le Syli Junior se qualifie pour le tour suivant, mais beaucoup de choses restent à faire au sein de l’équipe guinéenne. La préparation physique, tactique, technique et renforcement de l’équipe est indispensable pour prétendre se qualifier à <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" />la CAN U-20 du Congo 2007. Surtout que les Juniors guinéens ont pour prochain adversaires les aiglons du Mali qui nous ont toujours éliminé en ce niveau de compétition. Il ne faut pas se leurrer, ce ne serait pas une mince affaire d’éliminer les Maliens qui sont vraiment bien au niveau de la catégorie des Juniors. Tous les Juniors Maliens sont les fruits des centres de formation. Pour contrer les Aiglons Maliens cette année, les guinéens ont intérêt à faire appel aux Juniors professionnels évoluant dans les championnats étrangers dont Normane Sylla qui a déjà signalé sa présence en D2 Grèce ( Voir courrier sportplus-guinee.com)

Fiche technique

Stade : 28 Septembre, environ 10 000 spectateurs

Climat : Clément

Expulsion : RAS

Officiels : Arbitre central : Monsieur Sam Korti ( Libéria ), 1er Assistant : Gueye Exodus (Libéria), 2ème Assistant : Augustine Goodine ( Libéria ), 4ème Officiel Alhassane Diané (Guinée), Commissaire du match Beram N’Diaye (Sénégal)

Les équipes :

Guinée : 1 Abdoul Aziz Keïta, 17 Ousmane Koulibaly, 6 Oumar Deen Cissé, 5 Yamoussa Touré, 13 Bouba Camara, 12 Sory Kaba, 10 Minka Yady Camara, 8 Abass Cissé, 4 Abou Sanoussy Conté, 11 Salifou Sylla, 14 Abdoul Karim Domingo

Remplaçants : 16 Fofana Aboubacar, 2 Sylla Mohamed Lamine, 18 Kouyaté Ahmed Baba, 15 Kaba Mamoudou, 3 Touré Abdoulaye, 7 Bangoura Siaka, 9 Bangoura Moussa.

Mauritanie : 1 Diallo Souleymane, 4 Sy Ibrahima Mamadou, 8 Ould Abdel Kader Mohamed, 10 Traoré Karamokho Mousa, 19 Abdou Fall, 11 Dominique Da Sylva, 7 Kassé Alioune, 5 Ould Ahmed Maazouz, 6 Ould Balla Cherif, 14 Abdel Aziz samba Lô, 2 Sako Moussa.

Remplaçants : 18 Touré Mohamed Cheïkhna, 12 Touré Babacar Harouna, 13 Ould Boubacar Seïdina Bachir, 3 N’Diaye Karamokho Brahim, 21 Gaye Abdoulaye Sileye, 5 Ould Khatry Saadina, 15 N’Diaye Sidi Mohamed.

Ibrahima Ahmadou Camara

Sortplus-guinee.com

TOURNOI INTERUNIVERSITAIRE DE FOOTBALL

le Bureau Executif de MUSASEG

L’Université Julius Nyéréré de Kankan s’adjuge du Trophée !

Le mouvement universitaire de soutien aux acquis socio-éducatifs de Guinée ( MUSASEG) en collaboration avec la Conférence des Recteurs et Directeurs Généraux a organisé au stade du 28 septembre à Conakry, un tournoi de football doté du Trophée de Son Excellence Monsieur Sékou Decazy CAMARA, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la recherche scientifique.

Ce tournoi mettra en compétition dix (10) équipes de football, représentants les instituts et Universités du pays, à savoir :

1 – Université Gamal Abdel Nasser de Conakry ( UGANC)

2 – Université de Sonfonia ( US)

3 – Institut Supérieur des Sciences et l’Education de Guinée ( ISSEG)

4 – Institut des Beaux Arts de Dubréka ( IBAD)

5 – Institut des Mines et Géologie de Boké ( IMGB)

6 – Ecole Préparatoire des ingénieurs de Foulayah ( EPI)

7 – Centre Universitaire de Labé ( CUL)

8 – Institut des sciences Agrovétérinaires de Faranah ( ISAV- F)

9 – Université Julius Nyéréré de Kankan ( UJNK)

10 – Centre Universitaire de N’zérékoré ( CUNZ)

Ainsi, du 03 au 10 Avril 2006, le stade du 28 septembre de Conakry vibrera au rythme de la compétition universitaire qui commencera par un tour éliminatoire à au cours  duquel l’IMG de Boké et l’UJN de Kankan domineront toutes les rencontres  dont voici les résultats :

Le 03 Avril 2006, l’UGAN de Conakry se fera éliminer par l’IMG de Boké sur le score de 0 but contre 1.

Le 04 Avril 2006 l’IMG de Boké réussit une seconde victoire contre Dubréka sur le score de 1 but contre 0.

Le 04 Avril 2006 l’UJN de Kankan domine le Centre Universitaire de N’zérékoré sur le score de 2 buts contre 0.

Le 06 Avril 2006, l’Ecole Préparatoire des ingénieurs de Foulayah ( EPI) est battu par l’Institut Supérieur des Sciences et l’Education de Guinée ( ISSEG) par 3 buts à 0.

Le 06 Avril 2006, l’Institut des sciences Agrovétérinaires de Faranah ( ISAV- F) et l’Université de Sonfonia ( US) feront 3 buts partout à l’issue du temps réglementaire avant de voir  l’ISAV de Faranah remporter la partie sur le score de 5 tirs réussis contre 3. Le dernier match du tour préliminaire se jouera le 07 Avril 2006 et l’IMG de Boké en dominateur du tournoi, se débarrassera sans aucune difficulté de l’équipe du Centre Universitaire de Labé ( CUL) sur le score de 3 buts contre 1).

Les matches de demi-finale seront programmés le 10 avril <?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" />2006. A la première heure, l’Université Julius Nyéréré de Kankan ( UJNK) confirmera sa suprématie sur l’Institut des sciences Agrovétérinaires de Faranah ( ISAV- F) en gagnant sur le score de 3 buts à 1. A la deuxième heure, l’IMG de Boké filera 3 buts à l’Université de Sonfonia qui n’inscrira aucun but au cour de la rencontre.

A la grande finale du vendredi 14 Avril 2006, les deux meilleures équipes du tournoi, à savoir : l’UJN de Kankan et l’IMG de Boké s’affronteront.

L’ Université Julius Nyéréré de Kankan ( UJNK) remportera ce tournoi sur le score de 5 buts contre 4 au tir au but. A l’issue des 90 minutes, les deux équipes se sépareront sur un score vierge de zéro but partout. Dès la première minute de la prolongation, l’IMG de Boké marquera par son N° 2 Bachir KEITA. L’Université Julius Nyéréré de Kankan ( UJNK) répliquera et égalisera à la dernière minute du temps additionnel par son N° 21 Yoké SOROMO. Au tir au but, l’UJN de Kankan s’en sort vainqueur et remporte le Trophée. Pour la troisième place, l’Institut Supérieur des Sciences et l’Education de Guinée ( ISSEG) a disposé de l’Institut des sciences Agrovétérinaires de Faranah ( ISAV- F) sur le score de 3 buts à 1.

A la fin du tournoi, le prix du meilleur joueur sera offert à Aboubacar Kourouma de l’Institut des sciences Agrovétérinaires de Faranah ( ISAV- F) et celui du meilleur buteur à Abdourahamane Sylla de l’IMG de Boké.

Seydouba N’DIAYE

Correspondant de sportplus-guinee.com

à l’Université   

LA MISE EN CAUSE DU CHAMPIONNAT GUINEEN

Le coup  d’envoi du championnat National de D1 saison 2005-2006 a été donné ce week-end dans les différents stades du pays.

L’innovation,  a tord  ou raison, est que le nombre de clubs de D1 passe de 18 à 20 et qui sont repartis en deux poules de 10.

Les matches se joueront en aller et retour et les trois premiers de chaque poules se retrouveront en carré d’as.

Cette formule plus budgétaire que sportif qui n’est pas l’apanage de la Guinée seule, tient surtout du faible moyen de nos clubs, de notre  fédération   et surtout de l’argent dégagé pour le championnat qui ne  peut soutenir le plein et total championnat .

Il est important de signaler que la Guinée n’est pas le seul pays à appliquer cette formule, qui n’est pas mal en soit .

Alors qu’est-ce qui explique la honteuse prestation de nos clubs dans les compétitions africains ?

Les raisons, certes multiples, se résument   essentiellement en trois. Trois raisons , trois freins , trois manques d’imitative.

La première est le manque de structure de détection de nouveaux joueurs dans nos clubs, aucun club guinéen  ne possède un agent détecteur de talents qui sillonne le pays, qui assiste aux matchs des divisions inférieures et de l’informel . Les recrutements se  font au gré du hasard et pas toujours à la régulière.

Combien de clubs guinéens sont prêts ou sont capables de se payer les services d’un détecteur de talents?

La deuxième raison est l’amateurisme de nos présidents de clubs qui  confondent le mouvement normal des joueurs, retombées financières bien entendues et la traite des joueurs, des muscles où il faut vendre tout ce qui est vendable  sans se soucier de l’équilibre fonctionnel du club.

Leur cupidité ne leur permet pas d’acheter les services d’un détecteur talents pour pallier à la braderie des joueurs. Ils sont si imaginatifs qu’on peut les comparer à celui là qui coupe la branche  sur laquelle il est assis. Au départ, ils s’enrichissent sur le dos du clubs qu’il prétendent aimer. Ensuite, le club pauvre de joueurs, de moral et d’ambitions ne peut plus sortir en compétitions africaines ou s’ils se qualifient c’est pour des apparitions éclairs et à la clé  une mauvaise image footballistique du pays.

Comme la leçon de foot prise  par le satellite 0 -3 à l’aller et 2 – 2 au retour à  à Conakry face au  Stade Malien   . Ou bien la déculottée de l’ASK 0 – 6 face aux Egyptiens de  Haras El Hadoul en 16è de finale. Quelle humiliation ?

S’ils avaient un peu plus d’amour pour leurs  clubs et s’ils n’étaient pas trop aveuglés par l’argent rapide et facile , ils oeuvreraient davantage à asseoir les bases du clubs et à revoir  à la hausse leurs ambitions .Ils ignorent que la pactole de ligue des champions est plus grande que celle de la grande coupe d’Afrique des nations .C’est bien cela là surprenante vérité .Il y a plus d’argent en ligue des champions qu’en CAN .Moins les multiples et juteux transferts   que  le club peut en tirer .

A titre d’exemple, en 2005 , l’Ismaily , détenteur de la ligue a empoché …….contre…….pour l’Egypte pour sa coupe d’Afrique . L’amateurisme est une tare.

La troisième et dernière raison est que le ministre en charge des sports ne s’occupe nullement pas du championnat par ce qu’il n’y a pas d’affaires ,où pas d’argent à gagner par rapport à une seule sortie du syli . Après la subvention annuelle du championnat et les 8.000.000FG par club  ,il n’apparaît que lors des sorties internationales des clubs représentants en coupes africaines .

Puisque là il y a quelque chose à manger sans se soucier de la préparation , de la forme de l’équipe en jeu .

Peu importe le résultat , il faut y aller seulement .

Un club dans une compétition internationale devient de facto un club national donnant ainsi tout le droit d’ingérence au ministère .Au Cameroun, le ministère des sports n’a pas hésite de créer un office national d’assistance des clubs qualifiés en   compétitions africaines .

Surtout qu’on ne  me dit pas que c’est une année de CAN où toutes les ressources ont été consacrées  à cette expédition . Surtout pas, au risque de ramener sur la table le dossier tabou , le dossier de la CAN avec , sur fond de guerre l’utilisation trop rationnelle des fonds .

Non , ce n’est pas cela sinon d’autres pays engagés sur les mêmes fronts font mieux.

Le ministère ne peut –il pas exiger un peu plus de sérieux dans la préparation de ces équipes ? .Sachant que nous n’avons pas de moyens , nous devons jouer sur le calendrier des compétitions en débutant très tôt le championnat pour que les compétitions africaines trouvent nos joueurs bien en jambe .Figurez –vous que les maliens avaient 16 journées dans leurs jambes alors que les notres  n’avaient même pas repris  service.

Dans ce cas de figure , le score est logique , c’est le contraire qui serait un miracle .

L’on ne cessera jamais d’insister sur l’importance du championnat qui est en fait , la donnée première si l’on veut rompe avec le football à deux vitesses .Le syli ne  honore , ASK et le Satellite déshonorent.

Si le championnat sert à tenir notre image soignée , embellie par le syli national , il est grand temps de tout   revoir et lui donner une orientation un peu plus …..sportive.

M DOUMBOUYA

SEMINAIRE DE RESTITUTION SUR LES LOIS DU JEU DE FOOTBALL

En application des décisions de la FEGUIFOOT, la commission centrale des arbitres (CCA) a procédé à la restitution du séminaire de Conakry sur la modification de certaines lois du jeu du football. Modification intervenue lors de la dernière assemblée générale de la FIFA, tenue le 26 Février 2004 au Pays de Galle en Ecosse. Ce séminaire de restitution sur les lois du jeu de football a été animé par Monsieur Salifou Synaeghel SYLLA, président de la commission régionale des arbitres (C.R.A), à l’intention des arbitres de la préfecture de Fria. La restitution a porté sur les lois :

 

 

 Loi 3 : qui parle du nombre de joueurs au cours d’un match de football à compter de 11, jusqu’à 7 sur le plan international et 8 sur la plan national, ainsi que sur le nombre de remplaçants.

Loi 4 : Equipement des joueurs

l’administration a fait état de tout ce qui est interdit de porter par un joueur au cours d’une rencontre( boucles d’oreille, bracelets, colliers, bagues, les objets blessants) et  ce qui doit être porté.

Loi 5 : Les Arbitres

Il a été question de l’équipement des arbitres, de leur qualité, leur caractère et la condition physique.

Loi 6 : Les Arbitre Assistants

leurs rôles et leurs directives dans un match de football

Loi 11 : Le Hors-Jeu

Les différentes sortes de hors-jeu, comment et quand faut-il sanctionner un hors-jeu ont été démontré.

Loi 12 : Les fautes et comportements anti - sportifs

la différence a été faite entre une faute et un comportement anti-sportif  avec l’explication à l’appui

Loi 14 : Le coup de pied de réparation

il a été question de mettre en évidence toutes les fautes commises dans la surface de but et dans la surface de réparation qu’on doit sanctionner par un coup de pied de réparation ou un penalty.

Loi 15 : Rentrée de touche

L’exécution d’une rentrée de touche a été aussi expliquée dans le moindre détail.

 

 

Il faut signaler que le séminaire de restitution a connu la participation des membres du District préfectoral de football, du Vice-président de la liguerégionale de football de Boké, du chef section des sports de la DPJ, de quelques joueurs et entraîneurs de clubs, les arbitres de Fria et les membres de la commission technique.

 

 

A la clôture du séminaire, le Directeur préfectoral de la jeunesse remerciera la CRA de Boké pour la restitution sur les lois du jeu à l’intention des arbitres de Fria et félicitera l’animateur pour la clarté de ses exposés et sa brillante prestation. Monsieur Alsény BANGOURA demandera aux arbitres de mettre en pratique toutes les modifications sur les lois au cours des rencontres pour leur performance dans l’arbitrage.  

 

ABOUCAR VADIN KEITA

Correspondant  à FRIA.

Copyright © 2005 Sportplus-guinee. Tous droits reservés. Conception, réalisation et hébérgement www.radio-kankan.com